Les albanais, fatigués d’attendre



Les politiques albanais avec leurs méthodes de ménagement – ou il faut dire le manque de méthode ? – ont réussi à fatiguer le peuple albanais sur le plan économique et moral. Les « élites » dirigeantes du pays restent « aveugles et sourdes » malgré toutes les critiques à leur encontre. De ce fait, les albanais se sentent-ils fatigués d’attendre ?

 

Aurenc Bebja, Klara Buda Post - Paris, 4 octobre 2015

 

Les albanais se sentent-ils fatigués ? Dix observations, détaillées ci-dessous, permettent de démontrer qu’ils ont des raisons pour être fatigués :

 

Les promesses électorales non tenues par le gouvernement actuel :

 

- 300 000 nouveaux postes d’emploi durant le premier mandat 2013 – 2017

- 95 % de la population bénéficiera de la baisse des impôts, des taxes

- Les investissements dans l’agriculture seront multipliés par cinq

- Santé : les soins gratuits pour tout le monde

 

Des accusations et un langage vulgaire à l’Assemblée Nationale :

 

- Des accusations des plus graves par les députés envers les uns et les autres pour vol, escroqueries, relations avec la mafia. Pourtant, il n’y a eu aucune arrestation, aucun emprisonnement

- Des propos d’échange inacceptables : « c’est ma faute, c’est ta faute, tu es une trainée, une corneille, tu es un saloptrafiquant de drogue, ordure…etc. »

 

Le double jeu politique :

 

- Passer de la droite à la gauche et vice versa

- La création d’un nouveau parti politique, rapidement abandonné pour s’allier avec un autre

- Électorat abandonné

 

La fuite des responsabilités : gouvernement/opposition

 

- Le gouvernement se comporte comme s’il était en opposition et accuse l’opposition comme si elle gouvernait

- L’opposition, quant à elle, n’arrive pas à se responsabiliser et à s’unir pour soutenir et représenter le peuple mécontent du gouvernement

 

La survie en milieu rural :

 

- Le labour de la terre comme au Moyen Age

- Les produits agricoles qui ne trouvent pas d’acheteurs en raison de l’absence d’un marché

- Les routes ne sont pas des routes, mais des pistes

- Les factures d’électricité à un prix déraisonnable et dans l’impossibilité d’être payées

- L’absence d’eau potable et courante dans la majorité des foyers

- L’absence des centres médicaux

 

La vie en milieu urbain :

 

- Le trafic routier dense

- La pollution atmosphérique

- Les ordures ménagères

- L’absence des espaces verts et des centres de loisirs pour enfants

- Les impôts, les taxes, le coût de la vie très élevé par rapport au revenu

 

Les accidents de la route, le crime et la violence au quotidien dans les familles.

 

Les attentes des demandeurs d’asile albanais dans les camps de réfugiés allemands :

 

- Les demandeurs d’asile ne sont pas partis d’Albanie par plaisir, mais c’est la pauvreté, la misère qui les a obligés à quitter leur domicile

- Les albanais n’ont pas d’idée sur le lieu où ils vont vivre en Allemagne – et quel avenir pour eux ?

 

Le rêve européen : intégrer l’Union Européenne.

 

- Chaque fois qu’une opportunité se présente pour se rapprocher de l’Union Européenne, les politiques par leurs actions, intentionnelles ou pas, la gâchent

- Le comportement arrogant des politiques envers les autorités de l’Union Européenne empêche l’Albanie de se rapprocher de la grande famille européenne

 

La mauvaise image internationale :

 

- En raison des actions ou liaisons des politiques avec la mafia, les peuples des pays occidentaux, quand ils sont au courant de la localisation géographique de l’Albanie, reçoivent une image négative du peuple albanais (drogues, proxénétisme, vols organisés)

 

En conclusion, combien de temps encore les albanais pourront supporter les politiques ? Les albanais sont – ils fatigués d’attendre? Y a-t-il des limites de patience ?

 

Source : Klara Buda Post (NewYork)

http://klarabudapost.com/les-albanais-fatiguees-dattendre/#.VhIga3rtmko

 

 

Publié à :

 

Courriers des Balkans :

http://www.courrierdesbalkans.fr/bazar/blogs/blog-aurenc-bebja/les-albanais-fatigues-d-attendre.html